Rite Ecossais Rectifié



Le Rite Ecossais Rectifié a été principalement élaboré par Jean-Baptiste Willermoz. Ce célèbre Maçon lyonnais réforme la branche française de la Stricte Observance Templière au convent des Gaules en 1778, en y intégrant des éléments de l'ordre des Elus Coëns et en renonçant à l'héritage templier. On peut considérer cette date comme la naissance du RER. Il s'inspire de différents systèmes initiatiques existants à l'époque :
  • l'Ordre des Chevaliers Maçons Élus Coëns de l'Univers de Martines de Pasqually,
  • la Stricte Observance Templière, Maçonnerie chevaleresque initialement établie en Allemagne milieu du XVIIIème siècle puis étendue au reste de l'Europe,
  • l'Écossisme maçonnique (les divers "Hauts Grades" maçonniques dont l'organisation n'est pas encore formalisée),
  • la Maçonnerie bleue en trois Grades (Apprenti, Compagnon, Maître) telle que pratiquée par la Franc-Maçonnerie française (GODF) à cette époque-là et qui est devenu l'actuel Rite Français.

L'évolution et la transformation de ce système lors des convents de 1778 (Lyon) et 1782 (Wilhelmsbad) aboutira à la création du Rite Écossais Rectifié en 1782. Depuis, les rituels de ce Rite n'ont pas ou que peu évolué. C'est un rite d'essence chrétienne et qui a pour doctrine sous-jacente le Traité de la réintégration des êtres, de Martines de Pasqually.

Organisation du Rite

Le Rite Écossais Rectifié est un Rite chevaleresque, structuré en quatre Grades maçonniques et un Grade chevaleresque assorti d'une période probatoire d'Ecuyer Novice formant l'Ordre Intérieur. Une succession de multiples convents a permis son élaboration progressive. Le R.E.R. est chrétien, mais selon l'Obédience ce christianisme est admis soit dans un sens strict faisant référence à la Sainte Trinité et à l'Incarnation du Verbe, soit dans un sens plus large du terme, c'est-à-dire sans référence aux dogmes chrétiens.

Il s'articule de la manière suivante :
Loges bleues :
1 Apprenti,
2 Compagnon,
3 Maître.
La loge de Saint Jean est celle où le profane est reçu Franc-Maçon et celle où il évoluera en passant par les trois premiers Grades qui sont le tronc commun à l'ensemble de la Franc-Maçonnerie tous Rites confondus. La spécificité du Rite Ecossais Rectifié est d'avoir repris le schéma général de la F.˙.M.˙. et d'y avoir incorporé des symboles de la Stricte Observance (les tableaux, symboles de chaque Grade, par exemple) ou des symboles de l'Ordre des Elus Coëns (les trois voyages du premier Grade, les métaux du deuxième Grade, le mausolée du troisième Grade, etc.) en leur donnant une signification précise issue de la doctrine de Martines de Pasqually.
Cliquez pour agrandir l'imageLoge verte :
4 Maître Ecossais de Saint André.
La Loge de Saint André est celle où le Maître, ayant suivi l'ensemble du cheminement en Loge de Saint Jean du Rite Rectifié, pourra compléter son initiation maçonnique. Le Grade de Maître Ecossais de Saint André est le fruit d'un effort de synthèse important qui a permis de prendre, dans les divers Grades écossais du XVIIIème siècle, des symboles très variés et de leur donner une signification homogène au service de la doctrine de Martines de Pasqually. (Martinisme)
Ordre intérieur :
  • Écuyer novice,
5 Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte (CBCS)
L'Ordre intérieur est l'un des deux éléments qui font la spécificité du Rite Rectifié. En effet, il s'agit d'un ordre de chevalerie dont le caractère maçonnique est réduit à son minimum. Il s'agit là d'une modification de la chevalerie de la Stricte Observance, qui se prétendait descendante de l'Ordre du Temple là où les CBCS ne voient plus qu'une filiation spirituelle.
Cliquez pour agrandir l'imageClasse secrète (Collège métropolitain) :
  • Profès
  • Grand profès
La classe secrète, que l'on a longtemps crue disparue, est le pinacle du Temple Rectifié où la doctrine de Martines de Pasqually est explicitement délivrée aux membres de l'Ordre dans toute sa dimension théorique.
Perit Ut Vivat - Phoenix

Les obédiences pratiquant le R.E.R.

La Grande Loge Ecossaise Réformée et Rectifiée d'Occitanie (1995) est la seule obédience française monorite qui pratique le Rite Écossais Rectifié.
Ce rite est également pratiqué au sein des principales obédiences, telles que :
  • le Grand Orient de France et son Grand Prieuré Indépendant de France,
  • la Grande Loge nationale française (1913) et son Grand Prieuré Rectifié de France (2001),
  • le Grand Prieuré des Gaules (1935),
  • la Grande Loge Féminine de France (1945),
  • la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra (1958) et son Grand Prieuré de France,
  • la Loge nationale française et ses Grands Prieurés Unis des Trois Provinces,
  • la Grande Loge Mixte de France (1982),
  • la Grande Loge Unie de France (1994),
  • la Grande Loge Traditionnelle et Moderne de France (2003),
  • la Grande Loge régulière de Belgique : 6 Loges et son Grand Prieuré de Belgique,
  • la Grande Loge indépendante et souveraine des Rites unis,
  • la Grande Loge suisse Alpina (Grand Prieuré indépendant d'Helvétie gérant les degrés de Maître écossais de saint André, Écuyer novice et Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte),
  • le Grand Orient de Suisse,
  • le Grand Rite Malgache, gérant deux loges « bleues », les grades supérieurs relevant du Grand Prieuré Indépendant de France,
  • La Grande Loge de l'île Maurice,
  • Le Grand Prieuré Rectifié de Hispania (Espagne),

Pour des motifs particuliers liés à leur histoire, six loges de la Grande Loge de France pratiquent également le Rite Écossais Rectifié alors que cette obédience ne fédère en principe que des loges de Rite écossais ancien et accepté.
Par ailleurs, le Rite Ecossais Rectifié est également pratiqué par une multitude de petites Obédiences souvent non reconnues par l'ensemble des autres Obédiences et dont la légitimité peut parfois être mise en doute.
Un protocole de bonne conduite ainsi qu'une charte commune a été rédigé par les principaux Grands Prieurés en France.

Protocole de « bonne conduite » du R.E.R.

Ce protocole et la charte ont été signés le 6 décembre 2008, en la salle du Conclave du Palais des Papes à Avignon, devant plus de 450 Frères Maîtres Écossais de Saint-André des quatre grands prieurés concernés.
Les Puissances Souveraines signataires soussignées :
  • Grand Prieuré Indépendant de France,
  • Province d'Auvergne (GPDP, GPDF, GPDLA, GPDOMTOM),
  • Grands Prieurés Unis des Trois Provinces,
  • Grand Prieuré Écossais Réformé et Rectifié d'Occitanie,
Toutes constituées en Régime Écossais Rectifié,
Entretiennent entre elles des rapports de considération fraternelle et pour certaines des rapports de reconnaissance mutuelle pour lesquelles des traités bilatéraux ont été signés.
Elles conviennent, dans le ressort de leur influence, qu'un protocole de "bonne conduite" visant des aspects déontologiques particuliers, peut être utile à l'exercice paisible de leur juridiction pour le bien de l'Ordre Rectifié en général ou de leur Régime spécifique particulier.
Le présent protocole vise à adopter une attitude commune concernant des aspects ponctuels de procédure d'admission de leurs membres dans le cas d'espèce précis défini ci-après.
C'est le cas où elles reçoivent (par commodité appelé Régime entrant) une demande individuelle d'affiliation d'un Frère ayant reçu les grades supérieurs au troisième degré dans un autre Régime (appelé par commodité Régime sortant) et a fortiori une demande d'intégration d'une Loge.
Elles conviennent, en effet, qu'une telle demande ne peut être que le produit d'une situation exceptionnelle pouvant résulter certes d'un libre choix (démission), mais aussi de circonstances particulières parfois douloureuses ou encore reprochables (radiation quel que soit le motif, exclusion, dissolution…) et qu'il est souhaitable qu'une information à ce sujet soit obtenue du Régime sortant.
Elles arrêtent en conséquence la procédure suivante :
1. En cas de réception par un Régime entrant d'une demande d'affiliation d'un Frère ayant reçu des grades supérieurs au troisième degré du Rite Écossais Rectifié dans un autre Régime, et, a fortiori, d'une demande d'intégration de Loge supérieure au troisième degré, le Régime entrant fait part au Régime sortant de cette demande pour recueillir ses observations.
2. La communication s'effectue de Grande Chancellerie à Grande Chancellerie.
3. Passé le délai de trente jours sans retour d'information, la demande est réputée ne pas susciter d'observations.
4. En cas d'observations, le Régime entrant est toujours libre de passer outre, sa seule obligation étant la transmission de l'information au Régime sortant.
5. L'obligation ne concerne que le Régime entrant, mais n'exclut pas qu'une information spontanée soit donnée par le Régime sortant lors de la constatation du départ, cette initiative n'étant que facultative et en principe réservée aux cas graves.
6. Si d'autres aspects déontologiques méritaient d'être traités, ils feront l'objet d'un avenant aux présents à l'initiative de l'un des Régimes soussignés, mais ne concernera que les seuls signataires à l'avenant.
7. Le présent protocole pourra toujours être dénoncé sans préavis par l'une des Puissances Souveraines soussignées sans affecter l'opposabilité du présent aux autres Régimes.
8. Les règles de visite sont ici précisées par un document annexe.
9. Si une Puissance Maçonnique autre que celles figurant dans ce protocole désire à son tour l'entériner, sa demande sera examinée par l'ensemble des signataires et ne pourra être admise qu'à l'unanimité de ces derniers.

Charte de référence commune dans la pratique du Rite Ecossais Rectifié

La charte a été signée le 6 décembre 2008 dans la salle du Conclave du Palais des Papes à Avignon.
Entre les puissances souveraines soussignées :
  • Grand Prieuré Indépendant de France,
  • Province d'Auvergne (GPDP, GPDF, GPDLA, GPDOMTOM),
  • Grands Prieurés Unis des Trois Provinces,
  • Grand Prieuré Écossais Réformé et Rectifié d'Occitanie,

Exposé des motifs :
La pratique du Rite Écossais Rectifié s'organise au sein de Régimes dépendant de puissances souveraines et autonomes.
Afin de favoriser entre elles un dialogue commun et de se retrouver sur l'essentiel, compte tenu de la diversité des sensibilités de la voie rectifiée, les puissances souveraines soussignées arrêtent les principes qu'elles estiment communs concernant le fondement des valeurs et de la spiritualité dont elles sont porteuses :
Référence à un principe de transcendance dégagé de tout aspect dogmatique qui ressortirait notamment d'églises, de communautés religieuses représentatives ou organisées. Aucun des sacrements
(baptême…) ou rites (messe…) pratiqués dans une quelconque religion ne conditionne l'admission dans un Régime Rectifié, ni n'est exigé du maçon rectifié, ni pratiqué en tant que tel dans les assemblées tenues sous l'égide des signataires ; il en est de même pour tout acte civil qui pourrait leur être substitué. Il n'appartient pas aux Régimes susvisés de qualifier le caractère révélé d'une vérité. Cette transcendance s'identifie à une Parole vivante dont le flux circule par l'effet d'un travail maçonnique créé dans leurs assemblées lorsqu'elles sont régulièrement constituées dans l'esprit des convents fondateurs de 1778 et 1782. Ainsi, tout membre des Régimes susvisés est parfaitement libre de son éventuel engagement religieux personnel et il lui est reconnu une liberté absolue de conscience.
Référence aux valeurs morales et à l'approche ésotérique du christianisme des origines et plus particulièrement celui de Jean, dont l'Évangile ouvert au Prologue préside à tous les degrés du Régime.
Référence au principe de progressivité initiatique :
Le Rite Écossais Rectifié reconnaît la progressivité de l'initiation, qui suppose, en conséquence, qu'entre la collation des degrés successifs un temps de maturation minimal, avec une pratique régulière reconnue, soit observé (sauf dérogation dûment motivée). Chaque Régime a une perception propre de ces temps de collation, mais des temps minimaux, sensiblement équivalents, sont admis suivant une grille minimale à définir.
Il est notamment reconnu que :
  • La collation du quatrième grade ne saurait intervenir avant un délai minimal de quatre années après la maîtrise.
  • L'accès à l'Ordre Intérieur ne saurait intervenir avant un délai de pratique du quatrième grade inférieur à trois ans.


Copyright FM-SYMBOLISM.com© 2011. Tous droits réservés.Le site FM SYMBOLISM est classé premier site Maçonnique par le G.*.A.*.D.*.L.*.U.*. Contactez l'auteur  fm.symbolism@Gmail.com